Grâce au débit du forage, il est aujourd’hui envisageable d’irriguer des terres de cultures vivrières qui permettront aux habitants de Tanvi de disposer, à longueur d’année, d’un complément nutritionnel suffisant pour faire reculer le spectre de la malnutrition. Décision a donc été prise, toujours sous l’arbre à palabre, d’irriguer un terrain de 5 hectares, qui sera cultivé dans un premier temps par 4 jardiniers formés par nos soins à l’agriculture raisonnée. Ils seront bientôt rejoints par 4 autres jardiniers dont la formation sera assurée dans les mois qui viennent.

L’emplacement du terrain a été choisi. Un géomètre a effectué les relevés nécessaires.

Le terrain sera d’abord clôturé, afin d’éviter que les animaux n’abîment les cultures.

La pompe à main sera remplacée par une pompe solaire beaucoup plus puissante.

Des châteaux d’eau seront construits afin de stocker l’eau potable pour les besoins des habitants et la construction de deux bassins de rétention d'eau assurera la redistribution dans un réseau d’irrigation des cultures.

Nous avons sollicité l’avis d’un spécialiste de la nutrition dans ces régions d’Afrique, afin de déterminer quelles sont les cultures les mieux adaptées à la fois aux conditions climatiques, aux besoins nutritionnels et aux habitudes des habitants.

Comme pour le forage et le moulin à mil, il a été décidé que l’excédent de culture serait vendu afin de constituer un fonds financier qui permettra de couvrir l’entretien du matériel de culture et de financier l’achat annuel des plants et des semences. Le surplus servira à alimenter une « caisse de santé » destiné à financer les soins des personnes les plus démunies. L’association a déjà obtenu l’accord de principe de trois hôtels-restaurants de Ouagadougou.

Ce site a été réalisé à titre gracieux par Calliste Création
Ce site nécessite le Flash Player v.8, pour le télécharger cliquez ici.